Ils sont écrivains. Ils sont poètes.

A l’occasion du Concours régional d’écriture initié par Accueil et Promotion, ils ont pu donner libre cours à leurs talents.

La sélection n’a pas été aisée et le jury a eu beaucoup de mal à opérer un choix, tous les textes méritaient une place d’honneur.

Voici, au final, les trois écrits retenus :

“Quand j’étais petite” de Chantal (Henrichemont)

“Histoire de l’art” de Christian et Hervé, salariés de l’Artisanerie à Saint Amand Montrond

“Une longue histoire” de Christophe, salarié du Verdier à Saint Amand Montrond.

Ces écrivains, ces poètes, ce sont des apprenants de C’est Possible Autrement.

Elisabeth les a encouragés à se livrer avec justesse et spontanéité.

Maëlle nous explique de quelle façon :

C’est bien connu, l’écriture est un domaine accessible à tous !

Ainsi, pour la 22ème édition d’un concours d’écriture proposé aux apprenants de différents organismes de formation de la Région Centre Val de Loire, une vingtaine d’apprenants de C’est Possible Autrement a répondu présent.

Le thème de cette année, décidé par un comité de bénévoles et de professionnels, était « leçon d’histoire ».

Afin d’approfondir ce sujet, cinq participants au concours sont allés aux archives départementales afin d’en apprendre plus sur l’histoire du quartier. Aidés d’une passionnée d’histoire, ils ont pu découvrir des documents d’époques relatant l’histoire de Bourges. Mais le mot « histoire », les apprenants l’ont bien compris, peut aussi faire penser à l’histoire personnelle, une histoire d’amour ou d’humour …

Après un brainstorming sur le thème, chacun a réfléchi et s’est exprimé de manière différente : petite histoire, poème… Les formateurs ont aidé, quant à eux, à la formulation des phrases et à l’organisation de l’écrit.

Les textes, écrits en mai, ont été remis au jury en juin et les textes retenus viennent d’être annoncés. Certains seront rassemblés dans un cahier et d’autres seront mis en scène, puis interprétés par une compagnie de professionnels, face à un public d’auteurs en herbe.

L’objectif de ce concours est de s’amuser, « de jouer avec les mots pour ne pas tomber dans ce qui plombe » affirme en souriant Elisabeth, formatrice à C’est Possible Autrement, organisatrice et animatrice du concours au sein de la structure.

A vous à présent de lire ces textes et de vous laisser emporter par l’histoire … ou l’Histoire !

Maëlle – stagiaire à C’est Possible Autrement

Vous pourrez lire les textes ci-dessous en développant chacun des volets :

De l’histoire personnelle….

Je suis née en Vienne

Je suis née en Vienne,

Aujourd’hui je vis au milieu des vignes

J’aimerais revoir ma Vienne qu’elle me revienne.

Sylvie AROUS

Je viens de la campagne

Je viens de la campagne. Un village très calme qui porte le nom d’une sainte : Solange, tuée par un chevalier, il y a très longtemps.

En juillet et en août, une troupe de théâtre dont j’ai fait partie, réanime la sainte.

Chaque année, les jeunes filles du village s’habillent en bergères pour le pèlerinage de la sainte.

J’aimerais y retourner mais je ne peux pas. Mais ça, c’est une longue histoire.

Catarina COELLA

Théâtre muet

Je marche dans la nature et y découvre des animaux, des fermes, des plaines.

Des commerces, le lac avec plein d’oiseaux

Des pigeons qui volent…

Je regarde, ça m’apaise, ça me donne de l’énergie et je suis épanouie.

Zahia TADRIST

Mes perroquets et Zahia

Mes perroquets écoutent la musique

Ils répètent les paroles entendues

Et ils imitent toutes sortes de bruits.

Zahia est une gentille femme

Elle parle beaucoup

Elle aimerait avoir un perroquet pour lui tenir compagnie

-qui parlera le plus ?

 

Albert ROCHE

En Sardaigne

J’ai rencontré un homme

Qui scie des troncs d’arbres

Pour faire des robes en liège

Pour habiller une femme

Qu’il aime comme son petit bouchon.

Mais l’homme que j’ai rencontré

Habite un joli village calme de Sardaigne :

Peu de voitures, pas de bouchon.

Pour boire un cocktail

Sous les feux du soleil,

Avec un bel homme de Sardaigne,

N’oubliez pas le tire-bouchon !

Laëtitia BARATHON

…croisant la grande Histoire….

Souvenirs

En 1940, ma mère m’a raconté

Que les allemands sont entrés en Franche-Comté.

Ma mère et ma grand-mère m’ont raconté

Qu’ils étaient entrés

Et qu’elles ont dû donner

A boire et à manger.

Puis, ils sont partis.

 

Mon grand-père et mon père

Ont connu la guerre aussi.

Et puis celle d’Algérie.

 

Pierre JOLIVARD, Hervé MARTINAT et Jean-Claude MENAT

Quand j'étais petite

Quand j’étais petite je n’aimais pas l’histoire.

Mon maître d’école, Claude nous avait trouvé des maquettes en carton pour apprendre l’histoire comme un jeu. Mes camarades et moi avons découpé et collé des châteaux, des soldats, des canons pour parler des différentes époques : les croisades, le roi Saint-Louis sous le chêne, Louis XIV le roi soleil, les deux grandes guerres.

Le maître nous a dit que l’un d’entre nous avait un nom qui remontait aux croisades : c’était le nom donné au mannequin monté sur un piscat sur lequel les chevaliers apprennent  à se battre. Tout le monde a cherché les noms de familles dans un dictionnaire sauf moi car je savais qu’il s’agissait de mon nom : mon père me l’avait dit depuis toute petite.

A partir de ce jour les élèves me charriaient avec cela, j’étais devenue leur souffre-douleur, leur « quintaine ». Et quand le maître annonçait une leçon d’histoire, j’en étais malade.

Chantal QUINTAINE

Histoire de l'art

Il en faut de la minutie

Et de la patience

Des ciseaux, des aiguilles et des peignes

Et de la canne

Et un maillet

Du raphia et du marais

Pour canner et pour pailler

Des chaises et des fauteuils

Et perpétuer un vieux métier d’art.

Christian LECLERC et Hervé MARTINAT

 

Lien vers le site de l’Artisanerie présentant ce bel atelier artisanal de rempaillage-cannage (faites un retour vers la page précédente pour poursuivre la lecture des textes d’apprenants) :

http://www.apei.asso.fr/entreprises-adaptees/lartisanerie/

L'âge d'or

Dans le sol, de l’argile, pas de mine d’or

Dans la Marmande et le Cher, pas de pépites

Pas de pailleurs d’or

NI ici, ni ailleurs.

Parfois des sous mais pas de Louis d’or

Or, depuis 120 ans,

A saint-Amand le feu crépite

Fondant les lingots d’or

A la cité de l’or.

Jean-Claude MENAT, Christian LECLERC, Hervé MARTINAT, Claude FOREST, Pierre  JOLIVARD

…Aux histoires à dormir debout….

Nos histoires à dormir debout

Au travail,

Quand je mets des enveloppes au margeur

Debout, assis,

Je dors …

Robert PHILIPPON

 

Si je piétine

Quand je digère

Je m’endors…

Christophe VIAU

 

En réunion,

En écoutant,

Sur ma chaise

La dame parler

Je m‘endors…

Nathalie MINISTROT

…à celle sans queue ni tête….

Histoire de l'Autruchienne

J’ai rencontré une autruchienne

Sur la toile d’araignée

On a dialogué sur moustic

On s’est vu sur bison.

Comme le feeling passait bien,

Elle m’a envoyé deux photos matou.

Sur la première,

Elle range ses œufs

Sur la deuxième,

On ne voit que son long coucou,

Au-dessus des herbes hautes

Dans un champ d’ail.

Je me suis posé des questions

Par rapport à la couvée…

Chantal DESCHATRES, Mickael BABILLOT, Patrick DERY

…en passant par une histoire sans fin….

Une longue histoire

C’est un…………………. hiver…………….        

 qui n’en…………………..finit pas………..

Christophe VIAU

…jusqu’à de longues histoires courtes….

Une première longue histoire courte

Une

Girafe

Etend

Son cou.

Attrape

Les feuilles

De bambou.

Jusqu’à l’estomac…

C’est une longue histoire !

 

Robert PHILIPPON

Une seconde longue histoire courte

Voici une longue histoire

Une tortue s’en va un jour

Ici on l’attend toujours…

Nathalie MINISTROT

 

…pour finir sur les routes du Berry…

Sur la route

En panne d’essence, je marchais au bord de la route quand j’ai vu BIDON 0,3km.

En continuant, j’ai vu LA MOUCHE, 6km et puis PLURIEN.

J’ai croisé un paysan

Lui ai demandé par où passer pour trouver BIDON.

Il m’a dit : VATAN

Monique MULLER

 

…et entendre au gré du voyage “le son” d’histoires d’antan….

Histoire berrichonne

C’tantot, il tombait une agat d’iau !

J’ai mis un pochon sur mon tétiau

Pour aller donner de l’iau à mon viau

Dans mon siau

J’ai croisé un tauriau

L’a bousculé ma bérouette

J’ai perdu mon godiau

Ah bou diou !

Quelle épopée pépère !

 

Chantal DESCHATRES, Patrick DERY, Mickael BABILLOT

…ou “le son” d’histoire….

Le son d'histoire

Trois tortues trottaient sur un trottoir très étroit.

Elles rencontrent treize taupes.

Le chef avançait en tête

Il crie « stop » trop tard

Patatrac !

Isabelle GARTIOUX